E-mail


Mot de passe




Fermer cette boîte

--> Inscription <--


Traduire le site :

Critères de choix
Zone saine
Filtration de l'eau
Double-vitrage FE
Triple vitrage
Isolation écologique
Récupération eau pluie
Maison en bois
Maison ossature bois
Maison bioclimatique
Maison passive
Chauffe-eau solaire
Pompes à chaleur
Chaudière à granulés
Poéle de masse
Puit canadien
Chauffage solaire
Peintures non toxique
Photovoltaïque
Eolienne domestique
Rapport géobiologie
Assainissement planté
Epuration boues activées
Toilette sèche intégrée

Acheter / Vendre
Etapes vente immo
Conseils vente immo
Visite des lieux
Compromis Vente
Conseils achat immo
Achat immo sur plan
Délai Rétractation
Frais notaire immo
Hypothèques
Lois Défiscalisation
Promesse vente
Prêt écologique
Simulation prêt immo
Prêt P.A.P immo
Prêt taux 0%
Prêt P.A.S immo
Prêt relais immo
Assurances prêt immo
Pour Déménager
Prime Déménagement
Charges Copropriété
Lexique immobilier

Louer
Bail Location
Etat des Lieux
Conditions Location
Charges Locatives
Règlement Ramonage
Location Gérance

Diagnostics
Mesures surfaces
Diagnostic thermique
Diagnostic amiante
Diagnostic plomb
Diagnostic Gaz
Diagnostic Electrique
Risques Naturels
Diagnostic termites
Diagnostic radon

Divers
Témoignages
Bibliographie
Arnaques Annonces
Litiges construction neuf
Agenda Ecologique
Agenda brocantes
Liens
Publicité

Contact

France-Immo-Express
RECUPERATION des EAUX PLUVIALES

La RECUPERATION des EAUX PLUVIALES
(le contenu de cette page a été écrit avec l'aimable autorisation de P. de Haut et du site Ecologie-Appliquée, que nous remercions ici !)

La récupération d'eaux de pluie est le moyen le plus simple d'utiliser une ressource naturelle et de soulager l'exploitation des eaux souterraines...
Mais c'est également le moyen de faire des économies intéressantes... qui risquent d'intéresser un éventuel acheteur ou locataire.



 Principe
L'eau qui tombe sur le toit s'écoule dans vos gouttières et passe par un collecteur.
Elle passe par un filtre à panier sur collecteur ou autonettoyant (l'avantage de ce dernier est qu'il n'y a pas besoin d'y accéder, on peut donc replanter par dessus).
Elle est ensuite dirigée vers la cuve enterrée où elle est filtrée à nouveau de façon plus fine à travers trois étapes avant d'être stockée.
Elle passe alors une quatrième filtration au pompage avant d'arriver à l'intérieur de votre habitation.
Une pompe intégrée ou surpresseur s'enclenche par dépression, dés que vous ouvrez un robinet ou que vous utilisez un appareil raccordé au système.
Dans les installations élaborées, lorsque la cuve est vide, l'alimentation bascule automatiquement sur le réseau public pour alimenter en eau du réseau ou en remplit la cuve.
La séparation des deux réseaux doit être absolue et identifiée.
Dans la cuve, l'idéal est d'avoir un flotteur qui maintient la crépine à la surface de l'eau évitant ainsi l'aspiration des dépôts du fond.


 Une ressource gratuite et importante
Dans une région où il tombe par exemple entre 800 et 900 mm de pluie dans l'année, pour un toit de 150m², le potentiel de récupération d'eau de pluie est de 80m³ à 90m³ par an.
Outre le réemploi de cette eau pour les usages domestiques, il permet d'irriguer son potager ou son jardin ornemental, de renouveler l'eau de son bassin, de remplir sa piscine, etc.

Avantages de l'eau de pluie
- sa dureté est faible, (c'est à dire qu'elle est acide) 10 milligrammes de calcaire par litre contre 30 milligrammes par litre pour l'eau de distribution adoucie.
- en conséquence, vos robinets, canalisations, tuyauteries, résistances et appareils électroménagers seront beaucoup moins entartrés et dureront plus longtemps.

Inconvénients
- cette acidité peut représenter un danger pour la santé.
- l'eau acide corrode certains métaux ou joints. (canalisations métalliques).
Mais il est possible de la neutraliser avec un stockage dans un contenant adapté qui reproduira le travail fait par les couches minérales transformant par infiltration la pluie en nappes phréatiques.
- l'eau de pluie contient des poussières issues de l'atmosphère et du toit, qu'il faut filtrer pour certaines utilisations.
- la présence de moisissures, bactéries et de métaux lourds rend l'eau de pluie impropre à la consommation.
Il est possible d'y remédier en installant des systèmes de traitement domestique afin de la rendre potable (filtres bactériens à charbon actifs ou osmose inverse).
Des contrôles rigoureux et réguliers sont cependant nécessaires.


 les cuves
- Pour le jardin
il existe dans le commerce de très nombreux modèles de cuves d'intérieur ou d'extérieur hors sol (ressemblant à une grosse poubelle) de 200, 240 ou 300 litres relié directement à la descente d'une gouttière ou sur un collecteur muni d'un filtre grossier (type tamis) qui retiendra les feuilles et autres déchets visibles. Elles sont le plus souvent munies de robinets de soutirage et l'adjonction d'une simple pompe permettra d'obtenir la pression voulue pour arroser de la même manière qu'en se branchant sur le réseau collectif.

- Pour l'habitation
c'est plus complexe : l'installation de base comprend généralement une cuve enterrée d'une capacité de 1000 et 20.000 litres (avec possibilité de jumelage et indicateur de niveau), un collecteur de gouttières, un caisson filtrant, une pompe à déclenchement automatique, un coffret d'alimentation ou un sur presseur.

- Cuves enterrées
Les cuves les plus courantes sont en PVC, ou diverses autres matières plastiques (quelquefois issues de leur recyclage).
Leur capacité va se quelques mètres cube à 60 m³.
Leur prix (hors pose) s'échelonne entre 1000 € et 20.000 € pour un ensemble complet comprenant :
- la cuve,
- le surpresseur,
- le double filtre.

Pour les raisons indiquées plus haut de neutralisation naturelle de l'acidité de l'eau de pluie, ces cuves ou citernes devront être de préférence en béton, en maçonnerie ou en pierres.
Ce type de citerne étant la reconstitution d'une cavité rocheuse souterraine, la qualité physico-chimique de l'eau est proche de l'idéal et elle s'y conserve très bien.
Un tel stockage donnera à l'eau un pH quasi neutre (entre 6 et 7) avec une légère dureté de 2 à 4 (l'eau de pluie a un PH entre 4 et 6, elle est acide).


 Puisage
Il existe de nombreux coffrets d'alimentation ou de puisage, dont les plus évolués permettent l'automatisation de toute l'installation avec basculement sur l'eau du réseau, (avec électro vanne 3 voies) si la réserve pluviale vient à tarir.


 Filtration aval
Installé après le groupe de puisage et de mise sous pression, un bon filtre (suffisant en débit et donc en surface d'échange) avec une porosité de 10 microns fera l'affaire pour tous les usages domestiques hormis la boisson et la cuisine.
Pour protéger ce filtre, on peut placer en amont, un filtre à sédiments de 25 à 50 microns à cartouche textile ou métallique à contre lavage (type Jetly).


REMPLOI de L'EAU de PLUIE
Le bon sens et la gestion durable de l'eau implique d'adapter la qualité de l'eau aux usages.
Une famille de 4 personnes consomme sur cette base en moyenne 370 litres d'eau par jour, soit 11,1 m³ par mois.
En réalité, nous n'avons besoin que de 3 à 5 litres d'eau de haute qualité par personne et par jour pour l'alimentation.
Pour les autres usages, y compris l'hygiène personnelle, une eau non potable convient.

 Utilisations
Plusieurs appareils peuvent être raccordés à un récupérateur d'eaux de pluie.
- les toilettes qui consomment 40 litres d'eau par jour et par personne,
- le lave linge utilise entre 40 à 50 litres par lessive,
- le lave vaisselle consomme entre 18 et 24 litres,
- la douche consomme 25 litres par jour et par personne,
- l'arrosage du jardin et les nettoyages divers consomment environ 40 litres d'eau par jour.

La réserve d'eau nécessaire à sa consommation (hors eau potable) serait donc assuré en grande partie par la récupération et l'utilisation de l'eau pluviale.

Arrosage
L'eau est réutilisable en l'état, pour l'arrosage de votre jardin décoratif, de vos plantes d'intérieur et de votre potager.
L'acidité naturelle de l'eau de pluie étant même indiquée dans certaines cultures, craignant les le calcaire.

Bassin et piscines
Là encore, le remplissage d'un bassin ne demande aucun traitement particulier de l'eau, si ce n'est que son acidité peut poser un problème si vous y élevez des poissons (voir page sur les pluies acides).
Pour la piscine, munie de son propre système de filtration à la fois granulométrique et chimique, cela ne pose aucun problème, et l'acidité de l'eau permet même une meilleure désinfection au chlore, avec une économie d'emploi de galets !

Lavage extérieur et voiture
Passer une terrasse au Kärcher, laver sa voiture, pré-laver ses légumes ou nettoyer ses poubelles est parfaitement compatible avec le réemploi d'eau pluviale.
De plus les carrosseries apprécieront une eau qui ne laissera pas de dépôts calcaires !

Lavage intérieur
Là encore, aucun problème pour utiliser tant pour les sols que les sanitaires une eau légèrement acide ou neutre, qui laissera moins de traces.

Abreuvoir des animaux
Les chevaux peuvent boire jusqu'à 40 litres d'eau par jour.
Nettoyer les écuries, remplir leur abreuvoir avec de l'eau de récupération est donc très intéressant !
Par contre il est conseillé de leur servir une eau non acide et propre, si l'on ne veut pas déclencher des troubles de santé.

Les WC
Chasser ses excréments dans ses toilettes avec de l'eau potable est parfaitement scandaleux !
Si l'on tient à continuer à les utiliser de façon classique (par rapport à l'option toilettes sèches) l'eau de pluie est parfaitement indiquée.

Le lave linge
L'utilisation de l'eau pluviale en lave linge, est tout à fait possible, si son pH reste neutre.
Un simple filtre textile (type bocal, environ 15 €) retiendra les quelques dépôts résiduels restants.
Son avantage essentiel sur une eau calcaire sera une meilleure efficacité de la lessive et l'inutilité de rajouter un adoucisseur.

le lave vaisselle
Le cas du lave vaisselle est plus délicat, car en l'absence de chlore, des germes peuvent rester dans l'eau et être déposés sur les éléments lavés.
Bien sûr, le produit lessiviel et la phase de chauffage en élimine une partie, mais le risque sanitaire n'est pas à exclure pour cette utilisation, sauf à installer une unité de traitement en amont, au débit suffisamment conséquent.

l'eau sanitaire
Le problème est identique en ce qui concerne l'eau de lavage corporel.
Au fil du temps, le chauffage de cette eau accentue la prolifération de germes et de bactéries (la plupart du temps inoffensives), qui se développent ensuite dans les canalisations et engendrent des odeurs désagréables.
Pour prévenir ou régler le problème, il faut monter la température du chauffe-eau à plus de 70°C, une fois par semaine pendant 12 à 24 heures. Ce traitement thermique éliminera la plupart des bactéries responsables des odeurs.
Bien entendu le traitement au charbon actif permet de neutraliser ces bactéries, polluants et désagréments olfactifs, mais implique de changer les cartouches tous les 10 à 16 m³ (selon la qualité et la dureté de l'eau) soit environ 60 € à chaque fois.
La solution utilisée sur les équipements professionnels est maintenant à la portée du particulier avec les appareils à rayonnement UV.

L'eau de boisson
Inutile de songer à boire directement cette eau, sans prendre un risque sanitaire !
La solution sérieuse étant, pour maintenir cet usage, de passer par un filtrage total de type osmose + charbon actif, et / ou à UV, à condition de faire régulièrement des analyses poussées.


 Pour ceux qui ne sont pas encore équipés
Nous recommandons l'ouvrage suivant qui développe en détail les solutions de traitement de l'eau :

Pour se renseigner sur ce guide
Editions Eyrolles - prix librairie 9 &euro
(Achetez-le à 8,55 € - port compris en cliquant sur l'image)


En savoir plus
sur l'habitat écologique

Nous vous assurons la publication de votre annonce jusqu'à sa vente !

Ecolo ne veut pas forcément dire radin !

Appel à témoignage pour Zone Interdite

Risques Autoconstruction






L'Immobilier-Ecologique
Valotte - 58270 - SAINT BENIN d'AZY - France
Téléphone : de 9h00 à 12h30 et 14h00 à 19h00 du Lundi au Vendredi
06 23 56 97 13
Copyright ©
Sitecom.biz
Tous droits réservés.